bureau des colères

par Habitants des images, écriture, installation, performance, photographie, juin 2021

Statut : Projet mené par Habitants des images, coordonné par Adèle Jacot et Mélanie Peduzzi
Scénographie : RV et Darren Roshier
Partenaires :  Festival TROUBLE#11, Studio Thor, Daryacu, Fabrik asbl, Gaffi asbl, LAMAB asbl, Maison de Santé Potager
Soutien :  programme «Un Futur pour la Culture» et l’Éducation permanente – la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Pendant tout le mois d’avril 2021 des habitant.e.s de St-Josse et de la Région Bruxelloise ont déposé leurs colères secrètes ou actes de violences refoulés au Bureau des colères.

Démarche anonyme. Toute intention de violence non-réalisée est acceptée dans notre base de données. Qu’elle vise des objets ou des lieux, des figures familiales ou des personnalités du monde médiatique et politique, des institutions ou entreprises, des forces colonisatrices, morales, biologiques, technologiques ou magiques, …  Suite à la déposition, les colères sont rejouées par des figurant.e.s dans un studio photo lors de commémorations préventives.

FESTIVAL TROUBLE #11 : du 7 au 11 juillet 2021 à @studiothor

 

 

Lors du festival a lieu une restitution publique de la matière collectée, sous la forme d’un espace de consultation et de dialogue d’une part, et d’autre part à travers trois mises en scène collectives réunissant des citoyens rencontrés tout au long du mois, des spectateurs du festival et des passants. Ces performances ont lieu dans l’espace public, le dimanche 11 juillet :

Les Cacas de la rue de la Loi  : «Je travaille dans le milieu du cinéma. J’ai des collègues qui se sont suicidés. On n’a plus de perspectives. La gestion de cette crise c’est de la merde ! J’imagine souvent une foule de personnes en colère venir déposer leurs cacas devant le gouvernement fédéral.»
Figurant.e.s : 10 personnes habillées en noir. Accessoires : Un maximum de bocaux, boites remplis de cacas.

Le Retrait de la lutte : «Je suis militante et je me bats pour la culture et la justice sociale. On occupe place de la Monnaie en ce moment, on est chaudes! Parfois tout ça s’est tellement violent que je me dis à quoi bon? Si je me résignais et lassais les politiques décider? Pourquoi lutter ?»
Figurant.e.s : 20 personnes. Accessoires : panneaux de manifestation, instruments de musique.

L’Embrassade des passants : «Je suis seul. Très seul. Je n’ai pas vu ma fille handicapée depuis 1 an! Je suis en manque de contacts humains. Parfois je m’imagine embrasser tous les gens que je croise dans la rue…»
Figurant.e.s : 6 x 2 personnes (d’une même bulle). Pas d’accessoires.

DISTRIBUTION :
>> Dépositions : Aglagla, Ali Zeitoun, Amélie, Anyaka, Anodin, Anonyme, Ben, Café soluble, Clarisse, Edward, Fred, Georges, Isabelle, Jacqueline, Jeremy, Kindsugi, Lila, Ludwig, Maman, Marguerite, Nagi, Oz, Ribe, Satoru, Sidi Christophe, Tabu, Tchat, Transanarchiste, Vanessa, William
>> Figurations : Adèle, Amandine, Amy, Antoine, Awoulath, Azem, Ben, Binta, Chris, Darren, David, Délphine, Eleonora, Elias, Elly, Eros, Eve, Fred, Georges, Ichraf, Inna, Jacqueline, Jérôme, Julia, Julie, Laurence, Lou, Lucie, Ludwig, Mac, Matéo, Mélanie, Moïra, Naya, Nick, Ozan, Rachel, Rachid, Riccardo, Savannah, Thierry, Tiranke