à propos

Les Habitants des images sont nés en 2013 et ils ont pour champ d’action la ville et les médias, l’art et le social. Quand l’art fait écho à des questions de société ou urbaines et met à contribution active ses sujets : habitants, experts, institutions… Une priorité est donnée aux projets qui relaient des points de vue peu représentés dans les médias. La structure développe des œuvres engagées et collaboratives qui questionnent les rapports de pouvoir à travers les systèmes de représentation.

En toile de fond : le constat de l’urgence d’un vivre ensemble décomplexé qui assume les désaccords mais donne la parole à tous – alors que les extrêmes et les différences se croisent sans cesse dans un espace urbain de plus en plus dense mais aussi sécuritaire. Comprendre l’autre,  arriver simplement à se le représenter, et se projeter soi-même dans une identité et une histoire multiple, métisse, mixte, commune… La ville d’aujourd’hui manque encore de miroir pour arriver à se voir en entier. Les projets que nous menons tentent d’agir à la fois sur la rencontre réelle et sur sa médiatisation.

Les Habitants des images réalisent différents projet, utilisant des médiums populaires tels que vidéo, journaux, photographie, contes, affiches, etc. Le projet central de l’asbl est Journal intime de quartier qui parait une fois par année.

S’il est de plus en plus exploré, l’art participatif et contextuel est aussi un sujet de controverse : entre opportunité de ‘pouvoir agir’ et gentrification, entre mixité réelle et mixité mise en scène, entre art pour l’art et art engagé, entre une valorisation d’habitants quotidiennement mis à l’écart et un abus d’une esthétique relationnelle qui s’apitoie, entre médiatisation nécessaire de problématiques délicates et surmédiatisation généralisée, etc. Ces questions de fond sont indissociables de l’action artistique elle-même et c’est pourquoi l’association met régulièrement en place des partenariats et des réflexions avec des professionnels issus des divers horizons.

La démarche est ouverte à tous, alors n’hésitez pas à nous contacter !

Une attention particulière est portée à la qualité de l’œuvre et également à la qualité de l’interaction avec les habitants (respect, cadre, échange de savoirs, etc.). La controverse, voire la provocation ne sont pas exclus !