fonctionnement

par Habitants des images, cellule de recherche, mars 2016

C’est un lieu d’échanges réflexif entre professionnels autour de questions pratiques qui sont en lien avec les objectifs de l’association. Elle donne lieu tous les 2 mois à une forme communicable qui fait trace de ces réflexions.

novembre 2015 : première session de rencontre.

Fonctionnement :

  • Chaque réunion est organisée autour d’un objet précis (thématique, lecture, etc.) et fait l’objet de préparation de la part des membres. Les thématiques sont :
    • liées aux objectifs de fond de l’asbl (identité multiple, croisements professionnels, pratiques ancrées dans l’espace public au sens large, participatives/contributives/collaboratives, médiatisation)
    • définies à partir d’expériences concrètes rencontrées sur le terrain, qui permettent de mettre à profit la diversité des membres et l’échange de savoirs
  • La cellule se réunit tous les deux mois environ.
  • Suite à la réunion un noyau se porte volontaire pour approfondir l’objet de la discussion (rassembler ce qui a été dit, synthétiser, creuser les références,…). L’objectif concret du noyau est de finaliser une capsule  au plus tard pour la réunion suivante. Ainsi au moins 1 capsule est créée tous les 2 mois. Cette capsule :
    • a pour vocation d’être un support communicable/pédagogique afin de faire trace et de diffuser les réflexions faites dans la cellule de recherche
    • s’appuie sur un fond solide, une réflexion transversale, qui permet de donner des clés à des professionnels ou toutes personnes intéressées
    • peut être variée dans sa mise en forme, choisie par les volontaires (article, vidéo, bd, etc.)
  • Lien fort entre recherche et pratique : si les thématiques de discussion sont choisies à partir d’expériences concrètes, la cellule de recherche a pour raison d’être un retour vers la pratique. Ceci par la création, la diffusion des capsules et aussi par l’impulsion que cette dynamique de recherche et de rencontre interdisciplinaire peut donner à la pratique artistique.
    • les capsules peuvent se transformer en vrais projets
    • des affinités/projets imaginés entre des membres de la cellule peuvent être soutenus, si envie, par la plateforme de l’asbl
    • la médiatisation du travail pourra prendre sens dans l’organisation d’événements ponctuels qui mettent en valeur le travail de la plateforme

membres de la cellule de recherche : Mariana de Santos (danseuse, masseuse), Soline Gilles (éducatrice spécialisée), Julien Gréverend (architecte-urbaniste), Adèle Jacot (artiste, urbaniste), Juliette Laisné (animatrice de cours d’écriture), Lena Laurent-Perrin (professeur d’arts plastiques dans le spécialisé),  Aline Michel (masseuse), Mélanie Peduzzi (artiste, photographe), Samuel Quaghebeur (psychologue), Juliette Thornton (professeur d’anglais et projets européens), Jean-Pierre Taï (juriste), David Zagari (artiste, danseur, performeur)