appel à artiste ‘Ma ville et mon corps interculturels’

par Habitants des images, multimédia, octobre 2019

Tu es artiste et tu aimes toucher à des questions sociétales ?

Les Habitants des images te proposent de donner un des 3 workshops pour alimenter l’exposition itinérante ‘Ma ville et mon corps interculturels’ qui voyage dans Bruxelles de novembre 2019 à octobre 2020. L’objectif est de créer une œuvre collective avec un groupe d’habitant-e-s sur le thème de l’interculturalité. Elle viendra s’ajouter à l’exposition déjà existante.

Données pratiques :

  • 8h de workshop (dont 5h animées par l’artiste), avec 10 à 15 participants
  • Création d’une œuvre collective
  • 400 euros + frais de production

 appel_artistes

 

Concept global et description de l’exposition

Le projet Ma ville et mon corps interculturels est une exposition collaborative et itinérante qui englobe et produit différentes formes : workshops, cartes géantes et interactives de Bruxelles, récits audios et photographies, inscriptions dans l’espace public, débats, …
Lire le dossier de présentation ici

Une première édition a eu lieu en juillet et août 2018 aux Halles Saint Géry. Elle a impliqué 15 participant-e-s de divers horizons au workshop pour la création de l’exposition, ainsi que 200 participant-e-s aux cartes et plus de 1000 visiteurs-euses. Chaque exposition est donc précédée d’un workshop (ateliers d’expression) encadré par deux animatrices et un-e artiste invité-e. Il rassemble un groupe d’habitant-e-s autour de la question de l’interculturalité afin de produire le contenu qui s’ajoutera à l’exposition à venir dans leur commune. Lors de la première exposition c’est 15 récits qui ont été produits et matérialisés par la mise en place de 15 petits salons. Chaque table basse accueillant un enregistrement audio rythmé par les questions suivantes :

“De quoi avez-vous l’air lorsque l’on vous croise dans la rue ? Dans quelles cases l’autre vous met sans vous connaître ? Est-ce que vous travaillez votre apparence ? Comment vous définissez-vous ? Comment définir l’interculturalité ? Est-ce important ? Nécessaire ? Face à une autre culture, quels changements naturels ou forcés avez-vous opérés ? À quelle partie de votre corps reliez-vous ce changement (géographiquement ou symboliquement) ? À quelle partie de la ville le reliez-vous (géographiquement ou symboliquement) ? Quel mot pouvez-vous mettre dessus (quelle action) ?) ainsi qu’un dytique photo réalisé par chaque participant (avec la consigne suivante : écrit un mot sur ton corps et dans la ville et photographie le avec ton téléphone.”

L’exposition est également participative. Chaque personne visitant l’exposition est invitée à son tour à questionner l’interculturalité, en soi et dans la ville de manière active. Ce questionnement est proposé notamment par des gommettes personnalisées pour chaque visiteur-euse, qu’il-elle est invité-e à apposer sur les cartes géantes de Bruxelles pour faire part d’une expérience, d’une pensée, d’un point de vue dans son rapport intime à la ville. Plus de 200 personnes ont répondu aux questions des cartes : lectures plurielles et subjectives d’une même ville, interrogeant la fonction scientifique et utilitaire de l’outil.

3 territoires

Ci-après voici les 3 contextes de travail des prochains workshops et prochaines expositions.
Nous ciblons des quartiers aux typologies différentes car l’implantation et la vie des communautés ne sont pas les mêmes partout à Bruxelles. Dans chaque quartier, un groupe de 10 à 15 habitants sera constitué et participera aux 8 heures de workshop.

A Anderlecht nous travaillerons dans le quartier populaire de Cureghem qui possède les caractéristiques d’un quartier de gare avec une forte mobilité des habitants. Il mixe de manière denses différentes populations issues de l’immigration. On peut rencontrer notamment des communautés Roms, des primo-arrivant-e-s, des communautés maghrébines ou turques dont l’immigration remonte à plusieurs générations… Pour cette édition nous serons notamment en partenariat avec la Maison de la participation, ce qui nous permettra de faire un lien entre l’interculturalité et l’implication citoyenne. Nous aurons aussi des liens avec le haut d’Anderlecht qui accueille des populations qui sont plus implantées, moins dans l’urgence.

A Ixelles, nous toucherons les expatrié-e-s europé-enne-s, notamment en s’implantant dans le périmètre du Parlement européen et de la place du Luxembourg. Ces communautés représentent en effet une grande partie des populations immigrées à Bruxelles, tout en semblant cultiver un entre-soi « européen » et de classes sociales. Créer du dialogue devient primordial dans une ville aux identités complexes.

Pour le Nord-Ouest bruxellois, nous percevons les enjeux induits par les mouvements de population en cours et à venir : dans cette zone aux allures de village se côtoient à la fois les classes moyennes à la recherche d’un cadre de vie paisible, les personnes âgées qui sont surreprésentées par rapport à la moyenne nationale. Et aussi une population immigrée nouvellement établie aux revenus économiques moindres – dont une partie est chassée du centre ville qui devient trop cher. Il s’agira donc de créer du dialogue entre les habitant-e-s de ces quartiers où prennent place des dynamiques interculturelles nouvelles.

 

Pour proposer un projet de workshop :

Télécharger le formulaire Word ou créer votre propre document.

1 – Décrivez votre proposition en une dizaine de lignes. Comment l’inscrivez-vous dans le titre du projet, c’est-à-dire le rapport entre corps (intimité) et ville (espace social, politique) ?

Les propositions prenant en considération les différents objets déjà présents dans l’exposition (les cartes géantes et les salons) seront privilégiées. Il peut par exemple s’agir de la conception de coussins brodés qui s’ajoutent aux salons, d’un film lié aux questions des cartes, ou de toutes autres idées…!

2Sur les 8h de workshop l’équipe des Habitants des images animera 3 heures avec des ateliers autour de l’identité et du rapport à la ville (discussions et partage d’expériences vécues). Ces moments produisent de la matière sensible qui peut nourrir la proposition artistique. Expliquez en quelques lignes comment vous envisagez qu’elle puisse nourrir votre proposition ?

3Développez comment votre proposition de workshop se met en place concrètement dans le cadre de 5h de workshop (vous pouvez vous baser sur la durée des différents moments que vous projetez).

4 – Questionnez l’accessibilité de la proposition par rapport à un public qui ne maîtrise pas la langue ou les codes du monde de l’art. Est-ce accessible ? Avez-vous des expériences dans ce domaine ?

5Indiquez la ou les communes/ le ou les publics de préférence entre les 3 étapes de l’exposition. Expliquer en quelques lignes pourquoi.

6 – Chaque workshop de 8h est rémunéré à hauteur de 400 euros TVAC. Une enveloppe supplémentaire sera débloquée pour :

  • le matériel nécessaire lors du workshop
  • les frais de production de l’œuvre collective
  • le temps de post-production pour aboutir l’œuvre collective

Évaluez le montant de chaque poste pour votre projet. Notez que les enveloppes ne sont pas illimitées et que cette évaluation sera déterminante dans notre choix.

Merci de joindre votre CV et un portfolio ou un lien vers votre travail.

Dead line pour la remise du projet 20 octobre 2019.

Envoi par mail : admin@habitants-des-images.be

Projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles en Egalité des chances et par le Service Public Francophone Bruxellois – Image de Bruxelles et Cohésion sociale.

fwb_spfb